Pourquoi faut-il assurer mon véhicule professionnel ?

Que l’on utilise son véhicule dans un cadre privé ou professionnel, l’assurance « responsabilité civile » est obligatoire. Que vous soyez auto-entrepreneur, salarié indépendant ou chef d’une entreprise, vous êtes concerné par cette assurance. Ainsi, les artisans du bâtiment, les commerciaux et tout autre professionnel utilisant un véhicule dans le cadre de leur activité doivent être couverts par une assurance professionnelle adaptée.

Quelles sont les formules ?

Voici quelques formules auto qui s’offrent à vous :

Formule au tiers : elle assure votre véhicule et ses passagers en cas d’accident mais aussi en cas de panne. On parle alors de garantie « Assistance ».

Formule medium : c’est l’équivalent d’une formule au tiers avec en plus la couverture de votre véhicule en cas de vol ou d’incendie.

Formule tous risques : cette formule couvre entièrement le véhicule.

A vous d’adapter les garanties en fonction de vos activités, de vos besoins et de votre budget. Ainsi, si vous transportez du matériel (instruments, matériel médical, échantillons, matériel de démonstration, etc.), il sera avantageux de souscrire une garantie couvrant les objets transportés.

Quelles assurances existent pour les professionnels et les entreprises ?

Il existe deux types de contrat d’assurance auto pour les professionnels et entreprises.

S’il n’y a qu’un véhicule à assurer, comme cela peut être le cas pour les auto-entrepreneurs ou une petite entreprise, alors il suffit de souscrire un contrat d’assurance auto individuel.

Si l’entreprise dispose de plusieurs véhicules, il sera plus intéressant et économique de souscrire une assurance dite « flotte automobile ». Ainsi, tous les véhicules de l’entreprise seront assurés sous un seul contrat.

Est-ce que tous les salariés peuvent conduire les véhicules assurés ?

Le souscripteur peut opter à la souscription pour un conducteur dénommé.

Dans ce cas :

  • Le conducteur habituel du véhicule est celui désigné par le contrat ;
  • Si le véhicule assuré est conduit par une personne autre que le conducteur désigné, il sera fait application d’une franchise de 1500 €.

Le souscripteur peut aussi opter à la souscription pour un conducteur non-dénommé. Dans ce cas, tous les salariés ont la possibilité de conduire le véhicule de l’entreprise.

Comment assurer ma voiture pro ?

C’est simple, réunissez et transmettez les documents suivants :

  • Le KBIS de la société ;
  • Le contrat de travail s’il s’agit d’un conducteur salarié ;
  • Le certificat d’immatriculation du véhicule ;
  • La copie du permis de conduire du conducteur principal ;
  • Un relevé d’information mentionnant le coefficient de bonus-malus relatif aux antécédents du conducteur principal ;

  • Le relevé d’identité bancaire de la société (RIB).

Un relevé d’information, qu’est-ce que c’est ?

Le relevé d’information est un document qui résume les antécédents d’assurance du gérant ou de l’entreprise. Il est transmis au client par son ancien assureur. Il précise notamment depuis quand le gérant/l’entreprise est assuré et combien de sinistres ont été déclarés.

Sur la base de ces informations, les assureurs définissent le coefficient de réduction-majoration (CRM) ou bonus-malus.

Avec le système de bonus-malus, les conducteurs sans accident responsable voient leur prime d’assurance auto baisser. Le conducteur qui n’enregistre aucun sinistre responsable sur une année obtient un bonus de 5%, soit un coefficient de 0,95. Par conséquent, sa prime est réduite.

A l’inverse du bonus, pour tout accident responsable, le conducteur obtient un malus. Le CRM est multiplié par 1,25, ce qui augmente sa cotisation initiale.

Comment puis-je changer mon contrat d’assurance ?

Il est possible de changer de contrat d’assurance pro automobile si vous trouvez que le niveau de garantie proposé ne justifie plus le prix qui vous est demandé.

Nous sommes à votre disposition pour vous conseiller et établir un devis assurance automobile  personnalisé correspondant à vos attentes via notre simulateur en ligne, par téléphone ou lors d’un rendez-vous dans une de nos agences. Et bien sûr, nous nous occupons de la résiliation de votre ancien contrat.

En cas d’accident, que faut-il faire ?

Les accidents arrivent. Remplissez avec précision votre constat amiable, c’est de sa rédaction que dépend votre indemnisation. Il sert à rendre compte des circonstances de l’accident, à expliquer les dégâts survenus et à établir la responsabilité des conducteurs.

Surtout, n’oubliez pas de faire signer le constat par les deux parties ! Dans le cas d’un accident avec plusieurs véhicules, vous devrez remplir un constat avec chacun des conducteurs concernés (un par conducteur).

Si l’un des conducteurs refuse de remplir ou de signer le constat, relevez la plaque d’immatriculation de son véhicule et notifiez son refus dans la partie « observations ». Si aucun témoin n’est présent au moment de l’accident, pensez également à l’indiquer sur le constat afin de vous prémunir contre d’éventuels faux témoignages.

Est-ce qu’il y a des sanctions en cas de défaut d’assurance ?

Le fait de mettre en circulation un véhicule terrestre à moteur (VTM) sans l’avoir assuré est un délit puni par une peine d’amende de 3 750 €. En fonction des circonstances, une ou plusieurs peines complémentaires peuvent être appliquées.

Maintenant, vous connaissez tout !